Friday, October 09, 2009

estado de graça


ainda estou, e certamente ficarei, em estado de graça pelo concerto da jane birkin ontem. só me ocorre uma palavra: privilégio. há artistas assim, cuja arte é um privilégio. sinto-me privilegiado por ter passado pela experiência de ontem. quando confrontados com a superioriade, a beleza pura e o bem, desta forma, é que nos apercebemos que perdemos demasiado tempo com coisas tão rasteiras, ínfimas e mediocres...
a jane birkin tem a graça dos grandes, dos iluminados e, já agora, a combinação paradoxal, e superior, entre uma fragilidade desconcertante e uma fúria tácita, atávica, guerreira, maior: invisível mas inquestionável, certa. e toda ela é luz e sombra, toda ela é humana; tão superiormente humana; faz chorar a sorrir e sorrir a chorar.


À LA GRÂCE DE TOI

Pourquoi la grâce de toi
Me frappe, ensommeillée ce soir ?
Ton visage avec les yeux clos
Me rappelle toi dans mes bras

Pourquoi je te vois courir
Comme au ralenti
Et les rires ont un écho
Des plages de l'oubli ?

Pourquoi mes mains tremblent
Pour caresser une fois encore
Et comprendre la beauté
De cette complexité du corps ?

Trop faible pour nager
Au contre-courant, la
Vie envoie des vagues
Imprévues de mélancolie

Bafouée, ballotée, te voilà
Blottie comme les marins
Qui repèrent dans une
Tempête l'abri

Je bénis les dieux, en qui
Je ne croyais plus, de m'avoir donné
Un enfant à garder
Une nuit

Pourquoi la grâce de toi
Me frappe, ensommeillée ce soir ?
Ton visage avec les yeux clos
Me rappelle toi dans mes bras

Pourquoi je te vois courir
Comme au ralenti
Et les rires ont un écho
D'une plage de l'oubli ?

Pourquoi mes mains tremblent
Pour caresser une fois encore
Et comprendre la beauté
De cette complexité du corps ?

Trop faible pour nager
À contre-courant, la
Vie envoie des vagues
Imprévues de mélancolie.

No comments: